Togolaises, Togolais

Nous vous écrivons ce message au sujet des enfants orphelins du Togo en général et en particulier de ceux devenus orphelins par la volonté des autorités et non parce qu’il y a guerre au Togo.

Au Togo, quand ce ne sont pas des enfants qu’on tue à bout portant et à qui on refuse une sépulture, ce sont d’autres enfants dont on tue les parents et à qui on refuse un enterrement. Les parents du jeune mécanicien de 11 ans attendent en vain son inhumation et les 6 enfants de Toussaint Bitala Madjoulba se demandent si leur papa rentrera un jour d’une mission à l’étranger ou si vraiment il est mort. Les enfants traumatisés et confus, se disent tout bas ceci : “Et si papa est mort, où est sa tombe ?”

Togolaises, Togolais,

Nous vous invitons à méditer sur la santé mentale et physique des enfants dont les parents ont été victimes d’assassinats au Togo. A l’instar de ce qui est arrivé à Toussaint Bitala Madjoulba, interrogeons-nous sur ce à quoi ressemble le quotidien mental et psychique de ces enfants. Arrêtons-nous un moment et Mettons-nous à leur place, eux sont sont les citoyens de demain.

Togolaises, Togolais,

Nous vous invitons à avoir une pensée pieuse pour le jeune mécanicien de 11 ans, Issifou Moufidou, abattu en décembre 2018. Songeons à Jojo Zoumekey (13 ans), Anselme Sinandaré (12 ans), Yerima Ikililou (16 ans), Agoro Ashraf (17 ans), Douti Sinalengue (21 ans) etc…

Nous vous invitons à ne pas les oublier.

Togolaises, Togolais,

Songeons déjà à une journée de reflexion sur les enfants victimes de la politique au Togo.

Le 30 janvier 2022

Dr. Isidore Wasungu