Dans la même lignée que la plupart des leaders de partis politiques, le Président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) s’est aussi adressé aux militants de son parti, à l’orée de l’année nouvelle. Mais, c’est un Jean-Pierre Fabre très amer qui a profité de son message pour dézinguer des acteurs de l’opposition. Charlatans, imposteurs, prestidigitateurs…les mots utilisés sont durs. Morceaux choisis.

« Notre pays continue de souffrir des graves conséquences des agissements de charlatans qui ont abusé de l’aspiration profonde des togolais au changement pour propager avec un aplomb inqualifiable, les théories les plus curieuses qu’une analyse sérieuse et froide aurait anéanties.

A coup de mensonges, de bluffs et de leurres, à coup de mystifications et de fanfaronnades, ces imposteurs ont réussi à corrompre l’intellect de citoyens, agressant en permanence les véritables opposants et faisant du même coup, la part belle au pouvoir oppresseur qui maintient le Togo et le peuple togolais sous le joug de la dictature depuis plusieurs décennies.

Voilà̀ comment ils ont mis un coup d’arrêt à la lutte engagée par le peuple togolais pour s’émanciper de cette dictature. Le temps d’un battement de cils, ils ont ruiné avec une insoutenable légèreté́, les sacrifices et les efforts consentis pendant des décennies. Ils n’ont pas hésité́ à offrir leur complicité́ au régime RPT/UNIR pour réduire voire fermer de nombreux espaces de liberté́ conquis de haute lutte par les forces vives de la nation togolaise. Sur le territoire national et au sein de la diaspora, ils continuent d’affabuler et de forger des mensonges odieux qu’ils propagent allégrement et impunément pour maintenir, entretenir ce coup d’arrêt. Faire obstacle, empêcher toute remobilisation des populations, tel semble être leur agenda à peine voilé ».

« La reconquête de nos espaces de libertés perdus tient à chacun et à chacune d’entre nous. Il nous faut pour cela, sortir notre lutte commune de l’enlisement dans lequel une bande de prestidigitateurs l’ont plongée et tentent de l’y maintenir à la satisfaction de la dictature du RPT/UNIR.

Aujourd’hui, l’ensemble de l’opinion nationale est édifié́ sur les manœuvres sordides qui ont conduit à cette situation. Et il est réconfortant de constater que les vrais combattants de la liberté́ et de la démocratie demeurent disponibles pour poursuivre avec la rigueur et le sérieux requis, la lutte exaltante que nous avons toujours menée aux côtés du peuple togolais pour la libération de notre cher pays le Togo.

Mais nous devons ouvrir les yeux et faire désormais preuve de vigilance et de discernement. Nous sommes favorables à une véritable union de l’opposition pour mener la bataille du changement. Mais l’union n’est pas la fusion ou l’uniformisation. L’union n’est pas la candidature unique. Et l’union mal comprise crée des dégâts considérables dans la lutte de libération du peuple togolais. L’union n’est pas un slogan que l’on proclame urbi et orbi pour circonvenir et séduire les populations qui n’y voient que du feu. Elle n’est pas une stratégie visant à éliminer un partenaire. L’union n’est pas une formule magique qui permet d’éviter la lutte pour l’assainissement du cadre électoral. Au contraire ! ‘’L’Union est un combat’’ qui se pratique dans la sincérité́ et la vérité́. Voyez ce que ceux qui s’en sont proclamés les chantres ont fait en son nom : un gâchis politique sans précédent !

Je demande donc à tous de décrocher de la chimère ambiante et de rejoindre, à nos côtés et aux côtés des vaillants combattants de la liberté́ et de la démocratie, c’est-à-dire aux côtés du peuple togolais mobilisé, la lutte véritable pour la véritable alternance et le véritable changement qui feront de notre pays, une terre de liberté́ et de justice, une terre de solidarité́ et de prospérité́ partagée ».

Même s’il n’a nullement cité de nom, ce n’est pas tant difficile pour tout observateur avisé de savoir de qui il parle. Il suffit juste de suivre les regards..